Samedi 21 Septembre : c’est le coup d’envoi du Mystery Tour 2019. Et c’est à 9h30, munis de nos valises cabine (il paraît que l’on prend l’avion) que le top départ est lancé… Direction les Îles Canaries !!!

Après 4h15 de vol, nous voilà à Tenerife : 25°C et un soleil de plomb. Dis-moi Matthieu, t’aurais pas oublié quelque chose dans l’avion ?

Heureusement, à l’aide de notre traducteur hors pair Juan, nous voilà tous dans le taxi en route vers notre superbe hôtel, le HD Parque Cristobal, qui en prime est situé à 300m de la mer.

Une fois les valises déposées dans nos maisons respectives, les premiers plongeons dans la piscine ne se font pas attendre ! Au fait Amdiatou, l’année prochaine, pense à vérifier la profondeur 😉

Un premier groupe part en exploration ! Vite, vite, le coucher de soleil se rapproche…

Ce n’est pas le tout, mais la piscine ça creuse. Et le buffet à volonté commence à nous faire de l’œil : À TABLE !

La terrasse de l’hôtel se voit majoritairement occupée par l’équipe Osaxis, où de longues soirées jeux comme on les aime s’enchaînent. Les couvre feux sont bannis, cependant, chacun veille à être en forme le lendemain pour une journée… roulement de tambour : Parc aquatique !

Le lendemain matin, il est 10h00 lorsque tout le monde (ou presque) a enfilé son maillot de bain : nous partons découvrir le

SIAM PARK !

Arrivés sur place, après une marche musclée, les plus courageux partent en quête des grandes attractions mais tout le monde finit par se mettre dans le bain.

Mention spéciale pour la “Rivière Mai Thai” qui malgré son rythme peu rapide nous aura valu plusieurs fous rires. Une course poursuite endiablée s’improvise avec pour grands vainqueurs Jean-François et Jean-Sébastien, tirés à bouts de bras par Fanny, enfin jusqu’à ce qu’elle le remarque !

Le lendemain, deuxième rendez-vous, plus aux aurores et munis de nos baskets ! On part explorer le fameux parc national du Teide. Et si durant le trajet pour nous y rendre nous avions littéralement la tête dans les nuages, une fois sur place, on redescend sur Terre et on comprend tout de suite mieux l’utilité du sweat dans la valise, à plus de 2000 mètres d’altitude ! Allez, je suis sûr qu’il ne fera pas froid longtemps : il paraît qu’Osaxis est friand de randonnées…

Quelques minutes de marche et plusieurs profils se dessinent, les photographes et les sportifs. En tête de peloton, on travaille le cardio, pas le temps pour les pauses. La vue est belle mais les mollets chauffent ! En queue de cortège, ça traque le lézard et admire les Vipérines de Tenerife, presque fanées, qui donnent un air de vie sur ce stratovolcan de pierre.

De retour en bord de mer, l’équipe Osaxis au complet lève l’encre et à bâbord !

Et c’est avec un enthousiasme général et un Jérôme vert pâle que nous partons en excursion à la rencontre des dauphins bicéphales et des baleines pilotes.

Au bout d’une vingtaine de minutes, éparpillés aux 4 coins du bateau, nous pouvons enfin commencer à admirer le spectacle : les premiers ailerons des dauphins se dessinent à la surface ! Les mieux placés les verront de très près, passer juste sous le filet à l’avant du bateau. Incroyable. Apparemment nous sommes chanceux car ils ne sont pas effrayés par notre présence.

On ne peut pas en dire autant des baleines puisque nous n’avons pu en apercevoir que quelques-unes, sur les dernières minutes de notre expédition et elles ne ressemblaient pas vraiment à ce que nous avions imaginé. Comme dirait Julie “une baleine pilote c’est un dauphin bicéphale qui s’est pris un mur”.

Dernier jour, il est relativement tôt, mardi 24 septembre matin, lorsque nous devons dire au revoir à cet hôtel qui nous aura accueilli tout au long de notre séjour. Dernier petit déjeuner sur la terrasse et direction l’aéroport.

Sur place, Matthieu s’empresse d’aller récupérer son pasaporte en español obviamente, pendant que Fanny respire la tête dans un sac : tout va bien se passer ! Quelques heures plus tard nous atterrissons à Paris où sans surprise il fait gris, mais la tête pleine de souvenirs, de paysages et de fous rires. Tout ce que l’on peut dire pour conclure, c’est qu’une fois de plus, le pari est réussi. Un énorme merci aux organisateurs et à l’année prochaine !

Samedi 21 Septembre : c’est le coup d’envoi du Mystery Tour 2019. Et c’est à 9h30, munis de nos valises cabine (il paraît que l’on prend l’avion) que le top départ est lancé…

Direction les Îles Canaries !!!

Après 4h15 de vol, nous voilà à Tenerife : 25°C et un soleil de plomb. Dis-moi Matthieu, t’aurais pas oublié quelque chose dans l’avion ?

Heureusement, à l’aide de notre traducteur hors pair Juan, nous voilà tous dans le taxi en route vers notre superbe hôtel, le HD Parque Cristobal, qui en prime est situé à 300m de la mer.

Un premier groupe se dépêche d’aller l’explorer, vite, vite, le coucher de soleil se rapproche…

Et une fois les valises déposées dans nos maisons respectives, les premiers plongeons dans la piscine ne se font pas attendre ! Au fait Amdiatou, l’année prochaine pense à vérifier la profondeur 😉

Ce n’est pas le tout, mais la piscine ça creuse. Et le buffet à volonté commence à nous faire de l’œil :

À TABLE !
La terrasse de l’hôtel se vit majoritairement occupée par l’équipe Osaxis, où de longues soirées jeux comme on les aime se sont enchaînées.

Les couvre feux sont bannis cependant chacun veille à être en forme le lendemain pour une journée…

*roulement de tambour*

Parc aquatique !

Il est 10h00 lorsque tout le monde (ou presque) a enfilé son maillot de bain : nous partons découvrir le SIAM PARK !

Arrivés sur place après une marche musclée, les plus courageux partent en quête des grandes attractions mais tout le monde finit par se mettre dans le bain. Mention spéciale pour la “Rivière Mai Thai” qui malgré son rythme peu rapide nous aura valu plusieurs fous rires.

Une course poursuite endiablée s’improvise avec pour grands vainqueurs Jean-François et Jean-Sébastien, tirés à bouts de bras par Fanny, enfin jusqu’à ce qu’elle le remarque !

Le lendemain, deuxième rendez-vous, plus aux aurores et munis de nos baskets ! On part explorer le fameux parc national du Teide. Durant le trajet pour nous y rendre, nous avions littéralement la tête dans les nuages !

Une fois sur place, on redescend sur Terre et on comprend tout de suite mieux l’utilité du sweat dans la valise, à plus de 2000 mètres d’altitude ! Allez, je suis sûr qu’il ne fera pas froid longtemps : il paraît qu’Osaxis est friand de randonnées…

Quelques minutes de marche et plusieurs profils se dessinent, les photographes et les sportifs.

En tête de peloton, on travaille le cardio, pas le temps pour les pauses.

La vue est belle mais les mollets chauffent ! En queue de cortège, ça traque le lézard et admire les Vipérines de Tenerife, presque fanées, qui donnent un air de vie sur ce stratovolcan de pierre.

De retour au niveau de la mer, l’équipe Osaxis au complet lève l’encre et à bâbord !

Et c’est avec un enthousiasme général et un Jérôme vert pâle que nous partons en excursion à la rencontre des dauphins bicéphales et des baleines pilotes.

Au bout d’une vingtaine de minutes, éparpillés aux 4 coins du bateau, nous pouvons enfin commencer à admirer le spectacle : les premiers ailerons des dauphins se dessinent à la surface ! Les mieux placés les verront de très près, passer juste sous le filet à l’avant du bateau. Incroyable.

Apparemment nous sommes chanceux car ils ne sont pas effrayés par notre présence.

On ne peut pas en dire autant des baleines puisque nous n’avons pu en apercevoir que quelques-unes, sur les dernières minutes de notre expédition et elles ne ressemblaient pas vraiment à ce que nous avions imaginé. Comme dirait Julie “une baleine pilote c’est un dauphin bicéphale qui s’est pris un mur”.

Dernier jour, il est relativement tôt, mardi 24 septembre matin, lorsque nous devons dire au revoir à cet hôtel qui nous aura accueilli tout au long de notre séjour. Dernier petit déjeuner sur la terrasse et direction l’aéroport.

Sur place Matthieu s’empresse d’aller récupérer son pasaporte en español obviamente, pendant que Fanny respire la tête dans un sac : tout va bien se passer ! Quelques heures plus tard nous atterrissons à Paris où sans surprise il fait gris, mais la tête pleine de souvenirs, de paysages et de fous rires.

Tout ce que l’on peut dire pour conclure, c’est qu’une fois de plus, le pari est réussi.

Un énorme merci aux organisateurs et à l’année prochaine !